5 façons d’être en connexion avec soi-même

  • 1
Woman relaxing

5 façons d’être en connexion avec soi-même

 

Nous ne pouvons pas connecter avec les autres si d’abord on n’a pas de connexion à soi-même!

Il y a plusieurs façons de se connecter à soi. En voici cinq :

1-Méditer en pleine conscience. Prenez quelques minutes par jour pour vous arrêter, juste ÊTRE, pour calmer votre mental. Juste portez attention à ce qui est là, en ce moment. Durant la journée, pratiquez la présence à ce que vous faites, à vos pensées. Écoutez votre respiration à chaque fois que vous y pensez. Soyez conscients de l’eau qui touche vos mains lorsque vous les lavez. En voiture, prenez conscience de la couleur des voitures qui circulent. En marchant, prenez conscience de vos pieds qui touchent le sol. Plus vous allez le pratiquer, plus ça va devenir facile d’avoir une présence à soi.

2-Écrire dans un journal. Prenez 10, 15 ou 20 minutes par jour pour écrire tout ce qui vous vient à l’esprit, sans jugement. Des études disent, qu’après seulement quelques jours d’écriture, nous pouvons voir des changements psychologiques et même physiques. Je vous recommande le livre  Libérez votre créativité de Julia Cameron. Dans son livre, elle nous propose des exercices pour 12 semaines. C’est une excellente façon d’être en relation avec soi. Je trouve qu’en écrivant mes idées, elles deviennent plus claires, j’y trouve souvent des réponses. C’est thérapeutique !

3-Écouter son intuition et sa petite voix intérieure. Soyez à l’écoute de vous, de ce qui est bon pour vous en apprenant à écouter ce qui se passe à l’intérieur. Nous mettons souvent cette précieuse intuition de côté. Vous êtes vous déjà dit : «J’avais un drôle de sentiment, je le savais, mais je ne me suis pas écoutée!» En pratiquant cette écoute, lorsque c’est bon pour moi, je sens de l’ouverture, et lorsque ce n’est pas bon pour moi, je sens un serrement au plexus. Lorsque je sens ce malaise, je prends le temps de m’arrêter pour identifier si c’est une peur ou une croyance qui me limite ou si c’est bien mon intuition.

Faites un test. Fermez les yeux, prenez trois grandes respirations, ensuite mettez votre main sur votre coeur et posez-vous une question sur une décision à prendre ou autre. ( Par exemple : Est-ce que cette nouvelle personne dans ma vie est bonne pour moi ? Est-ce que travailler dans tel domaine est bon pour moi? ) Écoutez les signaux que votre corps envoie.

4-Se traiter comme son meilleur ami. Arrêtez de vous en faire avec ce que les gens pensent de vous. Cultivez votre estime personnelle. Aimez-vous ! Soyez indulgente et bienveillante envers vous-même. Plus vous serez tolérants envers vous-même, plus vous le serez avec les autres. Au fond, lorsque nous jugeons, nous ne parlons pas vraiment des autres, nous parlons de soi ! Prenez du temps pour vous et offrez-vous des récompenses lorsque vous atteignez vos objectifs, si c’est un gros objectif, récompensez-vous à chaque étape. Entretenez une relation saine avec vous-même.

5-Apprivoiser la nature: Prenez le temps de marcher dans la nature, d’écouter les oiseaux chanter, de prendre un arbre dans ses bras. Si on a la chance d’être sur le bord de l’eau et qu’on prend le temps d’être présent, c’est tellement ressourçant, la nature n’est-ce pas!

La connexion et les dépendances. L’auteur Johann Hari dans son livre: Chasing the Scream : the First and Last Days of the war on drugs nous parle de quelque chose d’incroyable : le contraire de la dépendance est la connexion.

C’est en faisant des recherches sur la toxicomanie qu’il a rencontré un professeur en psychologie de Vancouver, Bruce Alexander. Une expérience avec des rats dans une cage ayant le choix de boire de l’eau ou de prendre de la cocaïne avait démontré que les rats devenaient dépendants de la cocaïne jusqu’à en mourir. Cependant Bruce Alexander avait des doutes, il a fait la même expérience, mais cette fois, il a construit un parc à rats, une cage confortable où les rongeurs pouvaient jouer avec des balles colorées. Ils étaient très bien nourris, disposaient de tunnels où gambader et étaient entourés de congénères. De quoi plaire aux rats les plus exigeants…

Eh bien! Plus de 75 % des rats n’étaient pas dépendants de la cocaïne, et aucun n’en mourrait. Par contre, les rats isolés devenaient rapidement accros à la cocaïne.
De même, il est connu que durant un séjour à l’hôpital, certaines personnes ont besoin de doses de dérivé d’héroïne. Si ces mêmes doses étaient prises dans la rue sur la même période de temps, ces personnes deviendraient toxicomanes. Pourtant, la plupart des gens retournent chez eux, dans leur environnement avec les gens qu’ils aiment sans problème de dépendance.

Ce qui nous amène à toute forme de dépendance : la nourriture, l’alcool, la télévision, le chialage (certaines personnes vont se plaindre pour connecter avec les autres, qui n’a jamais fait ça?), etc.

Nous avons tous besoin de connecter avec les autres et pour mieux connecter aux autres, on doit d’abord être en connexion à soi.

 


1 Comment

Marc Blais

avril 10, 2016at 11:14

Connecter avec soi-même … Pourquoi oublie t’on quelque chose d’aussi essentiel?

Leave a Reply

Défi vivre pleinement

Stats Google Analytics

Généré par GADWP 

Lorsque vous êtes dans la joie, votre lumière brille plus intensément, et vous inspirez les autres à trouver eux-mêmes la joie.