Author Archives: Anne Gaudreau

  • 0

Je ne veux plus avoir de masques. Je souhaite juste être moi-même

 

Le prix à payer de ne pas oser être soi-même est-il plus élevé que celui de se dévoiler aux autres tels que nous sommes ?

Je suis persuadée que oui ! Parfois, on peut avoir tellement peur de se montrer comme on est vraiment, de dire ce que l’on pense par peur de ne pas être aimé, reconnu ou d’être jugé. On souffre de cacher notre vraie nature parce que notre âme, elle, veut juste s’exprimer en toute liberté. Malheureusement, on a souvent l’habitude de se faire petit.

Je vous raconte l’histoire de Sofia (nom fictif) qui a découvert un jour avoir mis une partie d’elle dans une bouteille et l’avoir fermée.

Sofia était une fille aventureuse, pleine de projets, enthousiasmée par la vie. Elle se passionnait pour les voyages, s’amusait, apprenait, elle était curieuse. Cependant, rendue dans la trentaine, elle se dit qu’il était maintenant le temps de rentrer dans la boite (ce que la société nous impose) comme les autres, et changer. Devenir plus raisonnable,.trouver un amoureux sérieux, responsable, honnête et fonder une famille, avoir une maison, un chien, un travail avec sécurité (même si cela n’existe plus vraiment aujourd’hui). Disons « un vrai job » comme exprimeraient certains ! Les gens autour sont souvent inquiets, si l’on n’est pas dans ce moule !

Avec cette intention, il ne lui a fallu que quelques mois pour manifester cette réalité. Elle rencontra cet homme avec qui elle aura deux enfants qu’elle aime de tout son cœur. Elle est une merveilleuse maman. Pourtant, elle n’est pas satisfaite de sa vie, elle prend beaucoup de poids. Elle se dit tellement souvent que la vie c’est plus que ça ! C’est plus que métro, boulot, dodo ! Elle ne ressentait plus cette flamme à l’intérieur d’elle. Elle a demandé de l’aide et elle s’est fait accompagner. Elle voulait se sentir vivante à nouveau. Durant une rencontre, elle a pris conscience qu’elle avait une polarité sage et une rebelle. Qu’elle avait ces deux parties en elle ! Elle a compris qu’elle laissait exprimer la sage, mais que la rebelle était dans une bouteille fermée et qu’elle désirait plus que tout, ouvrir ce couvercle et se permettre d’Être ce qu’elle est, peu importe ce que c’est, peu importe le jugement des autres.

À partir de cette prise de conscience, la vie a changé de couleur pour Sofia. Elle avait l’espoir de faire brûler cette flamme à nouveau, de savoir qu’il ne tient qu’à elle maintenant de vivre à partir de qui elle est. De ne pas subir son existence, mais de choisir de créer la réalité qu’elle désire. Une vie où elle est libre d’exprimer qui elle est, à partir de son cœur. Après tout, nous sommes ici pour être heureux n’est-ce pas ?

Ce n’est pas un chemin facile, cela prend du courage pour oser se choisir, se découvrir, faire un voyage au cœur de soi pour mieux se connaitre. Risquer de ne pas être comprise, de se faire juger, de se sentir égoïste. Ce qui est probablement le plus difficile et qui souvent freine notre évolution, c’est le deuil et la transformation des relations autour de nous. Il y a des gens qui changent dans le même sens et d’autres non, les champs d’intérêt peuvent se transformer. Je crois que chacun choisit ses expériences. Il n’y en a pas une qui est meilleure, ce n’est qu’une expérience. Voici un exemple qui m’a beaucoup aidé à l’acceptation des autres : si l’on prend un enfant de 4 ans et un de 11 ans, celui de 11 ans est en général plus évolué. A-t-il plus de valeur que celui de 4 ans ? Non bien sûr, il en a autant. Nous sommes tous importants. Peu importe ce que l’on fasse, on sera toujours important. C’est un droit de naissance !

Choisir un chemin qui n’est pas celui que la plupart des gens suivent peut faire peur. On peut même se sentir seul par moment. Mais, lorsque nous sommes sur notre chemin, nous savons à l’intérieur de nous que c’est ce qui est juste. Même si sur ce chemin il y a des tempêtes et des obstacles, ils sont là pour de bonnes raisons. Ils sont là afin de nous permettre de nous libérer, de nous autoriser de plus en plus à exprimer notre essence.

Sofia est retournée aux études à l’aube de la quarantaine pour avoir une occupation qu’elle aime tellement et qui ne lui donne pas l’impression de travailler. Elle est maintenant séparée du père de ses mousses. Il s’agit de la décision la plus dure de sa vie qu’elle a eu à prendre parce que cela touche beaucoup de gens : les enfants, le conjoint, les habitudes de vie avec les deux familles, les amis communs. Ce n’est pas évident lorsque tu n’es pas malheureuse, mais Sofia savait qu’elle voulait une relation plus dynamique, avec une connexion. Ils ne partageaient pas d’intérêt commun. Toutefois, ils partageaient leur amour inconditionnel pour leur progéniture. Ils entretiennent de bons rapports maintenant et les petits vont très bien. Elle a l’intention de vivre une connexion plus profonde, dans la conscience, avec qui elle aimerait faire grandir l’expérience de l’amour inconditionnel.

Elle sent que tout est possible maintenant, elle se connait mieux, même si c’est le voyage d’une vie de se découvrir.

Ce qu’on gagne lorsqu’on choisit de prendre notre voie : c’est plus de joie à l’intérieur de nous, on se sent plus vivant, plus léger, et on s’aligne avec nos projets.

Oui, il y a un prix à payer d’être soi-même ; mais, encore pire. À mon avis, c’est de vivre sur un chemin qui n’est pas le nôtre ou de vivre le rêve de quelqu’un d’autre. Sur lequel êtes-vous ? Le vôtre ou celui de quelqu’un d’autre ? Est-ce que votre vie est en cohérence avec qui vous êtes vraiment ? Sinon, si vous vous concentrez sur votre cœur, il aspire à quoi ?


  • 0

Comment transformer une situation récurrente.

Est-ce que cela vous arrive de vivre et revivre des situations, des émotions qui se répètent ? Le décor change, les personnes changent, cependant c’est le même ressenti. On pourrai dire la même scène d’un film, mais avec d’autres acteurs.

Si nous partons du fais que tout ce qui nous fais réagir est simplement une opportunité de mettre la lumière sur quelque chose qui se passe en nous, qui est encore dans notre vibration et qui a besoin d’être reconnue et accepté afin d’être libérée, que nous sommes ici sur Terre pour exprimer qui nous sommes vraiment et vivre dans la joie, les expériences que nous vivons sont là pour qu’on se rapproche de plus en plus à reconnaitre et Être  qui nous sommes déjà, mais on a oublié comment nous sommes déjà complet, merveilleux. Ce sont nos croyances, nos pensées, nos perceptions, nos peurs qui nous empêchent d’être complètement nous même, avec légèreté et dans une confiance tranquille. Nous sommes divins. Lorsqu’on va reconnaitre toute la puissance que nous avons, et que tout ce qui es a sa raison d’être, les évènements ou ce que les autres disent n’auront plus d’emprise sur nous, parce que tout de suite on va savoir que si cela nous dérange c’est parce que j’ai quelque chose que je porte encore en moi qui a besoin d’être mis en lumière et libéré. Avant, la même expérience aurait pu nous garder en réaction des jours, des mois et même des années. Lorsqu’on se responsabilise et comprend que chaque situation qui vient nous chercher est un reflet. En devenant observateur, on voit ce qui se passe et maintenant ça ne dure que quelques minutes, quelques heures.

Je vous raconte l’histoire que Nathalie(nom fictif) a vécue à son travail. Elle est dans la vente et elle était énormément en réaction avec deux autres employés. Elle avait l’impression de se faire voler des clients. Elle était hors d’elle. Cela pouvait même l’empêcher de dormir certains soirs. Elle a eu des conflits avec eux et elle avait du ressentiment et même de la colère envers ses collègues.

Nathalie c’est fais dire: « Et si ,ce qui se passe était un reflet de toi ?» Toute insultée, Nathalie a répondu :« Je ne suis absolument pas comme cela!» Est-ce que ça vous est arrivé de répondre cela? Moi oui, cela m’est arrivé de résister, de ne pas vouloir accepter qu’il puisse y avoir des parties de moi qui reflète le comportement qui me dérange tant chez certaines personnes. Je comprend mieux maintenant. Cela ne veut pas dire que c’est au même degré ou même intensité. Cela veut surtout dire que c’est une partie de nous qui est dans l’ombre parce que on ne veut pas la voir, parce qu’on ne veut pas admettre qu’on pourrait avoir en nous, ce qui nous exaspère vraiment! « Moi ! Non pas moi!». Ça vous dis quelque chose? Aujourd’hui cela me fait sourire parce que ça deviens tellement évident. Lorsqu’on juge, on parle de nous, pas des autres.

Nathalie a réalisé que ce qui la dérangeait, c’est qu’elle voyais ses collègues comme des requins qui essayaient de lui prendre ce qui devrais être à elle. Elle s’est demandé, où dans sa vie, elle avait ce genre de comportement. Ce n’était pas facile à admettre, par contre elle a voulu être honnête avec elle et reconnu avoir parfois ce comportement moins intense dans d’autre contextes dû à une peur de manquer de quelque chose et aussi elle s’est souvenue que lorsqu’elle a commencé à travailler, elle donnait toute ses payes à ses parents. Lorsque Nathalie à mis tout ça en lumière. le ressentiment à diminué et disparu. Aujourd’hui, après plus d’un an d’avoir libéré, elle n’a plus eu de conflit avec ses collègues. Ses clients demeuraient les siens. Elle a maintenant une relation harmonieuse au travail. Elle n’en revient pas, comment l’emprise, que cet enjeu avait sur elle s’est transformée. C’était une opportunité de libérer et Nathalie à choisis de la prendre.

Si on devenait, pour commencer observateur de notre vie…comme si c’était un film et que nous étions l’acteur principal, au lieu d’être en réaction et victime des circonstances, on pourrait se responsabiliser, car l’extérieur est un reflet de notre intérieur. Je vous entend déjà penser que:« Ben, voyons ! Je ne suis pas responsable des catastrophes ou attaques…» En fait, nous avons une responsabilité direct ou indirect sur ce qu’on vit et surtout comment on choisis de le vivre. Il y a la conscience de la masse qui fais arriver les choses. Bon, on pourrait avoir une grande discussion sur ce sujet, mais ce n’est pas le but aujourd’hui.

L’histoire de Nathalie nous montre que saisir l’occasion que la vie nous offres afin de nous libérer nous apporte plus de joie et de transformation dans la vie de tout les jours, ce qui est plus agréable que lorsqu’on choisis de résister, puisque si l’on reste avec ses ressentiments ou cette colère, on restera prisonnier. Et c’est en mettant en lumière notre part d’ombre, en nous libérant de nos croyances et mémoires limitantes, et en nous acceptant tels que nous sommes, que nous nous rapprochons d’exprimer qui nous sommes vraiment.

Crédit photo: Sasin Tipchai


  • 0

J’en ai assez, je veux que ça change!

Une grande amie à moi(que j’appellerai Emma), m’a dit: «J’en ai assez Anne de ne pas savoir si j’aurai assez d’argent pour payer tout mes comptes, pour aller chez la coiffeuse, acheter des lunettes à ma fille, suivre les formations que je veux, voyager…! Je sais que tout est là, et ce qui n’est pas là c’est moi qui le bloque! Anne, je fais du travail sur moi depuis des années. Veux-tu bien me dire ce qui cloche encore avec moi ? Je comprends que ce qui se passe à l’extérieur est le reflet de ce qui se passe à l’intérieur de moi.»

Après cette discussion, j’ai proposé à Emma un exercice pour libérer les mémoires cellulaires. Tout ce qu’on vit qui remonte est juste là pour nous montrer ce qu’on vibre, et ce qui se retrouve encore dans nos énergies. Si on veut se libérer et se transformer, on se doit d’accueillir ce qui se passe, ce qu’on ressent. C’est juste une immense opportunité de changement, parce que si on le nie ou le rejette, il restera là dans nos énergies vibratoires et on va continuer à attirer les personnes, les évènements qui sont dans notre vibration. Pour la transformer, on se doit de laisser être, la sentir, lui donner de l’espace dans notre être, l’accueillir, l’accepter, reconnaitre pourquoi cette émotion ou cette peur nous a suivi jusqu’à maintenant. Aussi, il importe d’écouter ce qu’elle a à nous dire, la remercier, l’aimer, lui pardonner, se pardonner et la laisser partir.

Vous savez comment on peut vivre des situations qui se répètent constamment avec des personnes différentes, un environnement différent, mais c’est la même émotion qui revient. Ce sont toujours des opportunités de transformation. Sinon, on reste prisonnier de nos comportements, de nos réactions. Et ça peut durer longtemps…

J’ai  accompagné Emma à faire les étapes de libération et il en est sorti de la culpabilité et de la peur. En effet, lorsqu’elle avait de l’argent, elle se sentait coupable et derrière cette culpabilité, il y avait la peur de ne pas être aimée. Çe fut un beau moment de prise de conscience, d’amour et de libération.

Vous avez déjà entendu l’expression « Ce sont comme des pelures d’ognon qu’on enlève.»? Et bien, c’est en plein cela! Lorsqu’on libère, il peut arriver que ce soit fini et complètement transformé à l’intérieur. Cependant il ne faut pas s’en faire s’il en reste encore et si des émotions refond surface…on continuera à libérer…et plus on enlève des «pelures»…plus on se rapproche d’Être qui nous sommes vraiment. Merveilleux, n’est-ce pas ?

Deux semaines plus tard, Emma me rappelle avec encore des émotions inconfortable reliées à l’argent. J’ai refait avec elle les étapes de libération et ce qui est sorti cette fois-ci est la peur du manque. Elle est stressée de ne pas avoir assez d’argent pour payer tous ses comptes ce mois-ci. Et ce, même si elle n’a jamais manqué de nourriture( je la connais, elle mange des aliments de qualités), elle a toujours eu un toit, elle a un bon crédit, elle paie ses factures à temps, elle a suivi plein de formations qui lui ont coûté cher). Je vous dis cela  pour vous montrer que nos émotions ne sont pas toujours rationnelles! Elles sont là pour nous montrer qu’il y a encore quelques choses qui ne sont pas acceptées, pas reconnues dans notre vibration et tant qu’elles ne seront pas mises en lumière, elle ne pourront se transformer.

Alors pour Emma, ce sont d’autres pelures d’enlevées. Est-ce qu’il y en aura d’autres en rapport avec l’argent? Je ne sais pas. Par contre, je sais que lorsqu’on change nos pensées négatives, lorsqu’on transforme nos croyances et nos mémoires cellulaires qui nous limitent, et bien notre vie change.


  • 0
glckliche Frau sitzt in ihrem Wohnzimmer

Comment se libérer de l’inutile pour vivre pleinement

 

De plus en plus, j’ai envie d’être mieux organisée dans la maison ou dans mon bureau. Plus je me libère du matériel en trop, mieux je me sens. J’aime de plus en plus la sensation de légèreté. Lorsque notre environnement est harmonieux, cela se reflète sur nous.

L’inutile dans notre vie prend trop d’énergie. Es-tu d’accord?

Trop de matériels dans la maison et notre esprit est encombré ! Ce n’est pas Feng Shui, diront les experts. Parfois, nous avons tellement de choses que nous ne nous souvenons même plus où nous les avons mises. Moi, à plusieurs occasions j’ai racheté des choses que j’avais déjà, parce que j’avais oublié que j’en avais ou simplement parce que je ne savais plus où je les avais rangées.

Si tu as envie toi aussi de te libéré de l’inutile, vas-y étape par étape. On peut souvent voir la tâche trop grande et être trop découragée. C’est souvent l’une des raisons de l’encombrement.

Il existe des spécialistes de l’organisation et du grand ménage.
Je trouve que le coût en vaut la chandelle. C’est un gros poids de moins sur les épaules.

Si tu veux le faire toi-même, prends un temps pour chaque pièce de la maison et identifie les besoins de la pièce. Ensuite, mets de côté ce qui est à donner, à recycler ou à jeter et organise ton espace de façon fonctionnelle. Débarrasse-toi de ce dont tu n’as plus besoin. Pas toujours facile! Je comprend tellement, mais tu vas te sentir libérée ! Si c’est trop insécurisant pour toi, tu peux te faire aider.

Il y a souvent des raisons au fait de trop accumuler. Je crois que si tu cherches le sentiment de liberté intérieure, tu dois te libérer pour mieux vivre et mieux respirer. C’est plus léger après

Voici deux suggestions de livres qui pourront t’aider : « Vaincre le désordre » de Sophie Legault et « Organisez votre vie pour mieux la vivre » de Julie Morgenstern.

Il faut aussi se libérer des gens qui nous amènent vers le bas. Tu sais de quoi je parle ! Les gens qui nous critiquent, qui nous disent : « Mais non, tu ne vas pas faire ça! », « Tu n’y arriveras pas ». Il faut plutôt s’entourer de gens qui nous amènent vers le haut, qui nous encouragent et qui ont aussi de l’empathie envers nous.

Ensuite, énumère toutes les excuses possibles à ne pas passer à l’action de faire le grand ménage. Je comprends, ce n’est pas évident, nous sommes parfois attachées à toutes ses choses ou ces personnes et nous nous disons « Si j’en avais besoin un jour», «Au cas…»,«Ça fait longtemps que nous sommes amis/amies », « Ce n’est pas une mauvaise personne », etc. Je crois qu’il n’y a pas de mauvaises personnes, cependant chacun fait ses choix …

Si TOI, tu fais le choix de vivre pleinement, mets maintenant dans ton agenda du temps pour faire un grand ménage et pour laisser aller ce que tu n’as plus besoin.


  • 2
Happy woman walking outdoors

Qu’est-ce qui t’empêche de vivre pleinement maintenant ?

 

Comment serait ta vie, si tu n’avais pas peur ?

La peur peut prendre beaucoup de place, elle peut paralyser, peut nous empêcher d’exprimer ce qu’on voudrait dire, même nous empêcher de passer à l’action afin de réaliser ce qu’on désire tant!

Pour la transformer, il faut déjà savoir qu’elle est là, savoir l’identifier et surtout ne pas lui donner toute la place.

Fais maintenant une liste de tes croyances, de tes peurs en lien avec vivre pleinement. Exemple : Il faut travailler fort, j’ai peur de ne pas être aimée si je suis vraiment moi…

Ensuite, à côté de chaque croyance, écris comment tu te sens dans ton corps lorsque tu penses à ces croyances.

Demande-toi si c’est vraiment vrai.

Et si tu changeais cette croyance qui te limite par une autre qui te permettrait de vivre pleinement, d’accéder à ton plein potentiel. Quelle serait-elle ? À côté des croyances qui te limitent, écris-en une nouvelle.

Quelles sont tes excuses pour ne pas vivre pleinement MAINTENANT? (exemple : pas le temps, pas d’argent, plus tard, mon enfance, mes enfants, mon conjoint, etc.). Sois honnête avec toi!

Exercice :
Prends conscience de tes pensées et de tes paroles qui te nuisent.
Qu’est-ce que te dit ta petite voix intérieure? EX : « Je ne suis pas assez », « Je n’y arriverais pas », «Je ne suis pas capable», «Qu’est-ce que les autres vont penser? », «Je ne serai jamais aussi bonne que …», etc.

Pendant un minimum de 7 jours, fais un exercice avec tes pensées. Ne pas entretenir de pensées négatives pendant plus de 30 minutes, sinon le compte des 7 jours recommence à 1.

C’est un exercice de musculation du positif. Transforme ta pensée négative en pensée positive et laisse celle-ci aller … Essaie-le! Tu n’en reviendras pas comment on s’habitue rapidement à avoir des pensées positives. En étant positive, on change notre expérience du moment. On attire les gens encore plus vers nous. On est plus heureux. On voit le verre à moitié plein au lieu de le voir à moitié vide.


  • 1
Woman relaxing

5 façons d’être en connexion avec soi-même

 

Nous ne pouvons pas connecter avec les autres si d’abord on n’a pas de connexion à soi-même!

Il y a plusieurs façons de se connecter à soi. En voici cinq :

1-Méditer en pleine conscience. Prenez quelques minutes par jour pour vous arrêter, juste ÊTRE, pour calmer votre mental. Juste portez attention à ce qui est là, en ce moment. Durant la journée, pratiquez la présence à ce que vous faites, à vos pensées. Écoutez votre respiration à chaque fois que vous y pensez. Soyez conscients de l’eau qui touche vos mains lorsque vous les lavez. En voiture, prenez conscience de la couleur des voitures qui circulent. En marchant, prenez conscience de vos pieds qui touchent le sol. Plus vous allez le pratiquer, plus ça va devenir facile d’avoir une présence à soi.

2-Écrire dans un journal. Prenez 10, 15 ou 20 minutes par jour pour écrire tout ce qui vous vient à l’esprit, sans jugement. Des études disent, qu’après seulement quelques jours d’écriture, nous pouvons voir des changements psychologiques et même physiques. Je vous recommande le livre  Libérez votre créativité de Julia Cameron. Dans son livre, elle nous propose des exercices pour 12 semaines. C’est une excellente façon d’être en relation avec soi. Je trouve qu’en écrivant mes idées, elles deviennent plus claires, j’y trouve souvent des réponses. C’est thérapeutique !

3-Écouter son intuition et sa petite voix intérieure. Soyez à l’écoute de vous, de ce qui est bon pour vous en apprenant à écouter ce qui se passe à l’intérieur. Nous mettons souvent cette précieuse intuition de côté. Vous êtes vous déjà dit : «J’avais un drôle de sentiment, je le savais, mais je ne me suis pas écoutée!» En pratiquant cette écoute, lorsque c’est bon pour moi, je sens de l’ouverture, et lorsque ce n’est pas bon pour moi, je sens un serrement au plexus. Lorsque je sens ce malaise, je prends le temps de m’arrêter pour identifier si c’est une peur ou une croyance qui me limite ou si c’est bien mon intuition.

Faites un test. Fermez les yeux, prenez trois grandes respirations, ensuite mettez votre main sur votre coeur et posez-vous une question sur une décision à prendre ou autre. ( Par exemple : Est-ce que cette nouvelle personne dans ma vie est bonne pour moi ? Est-ce que travailler dans tel domaine est bon pour moi? ) Écoutez les signaux que votre corps envoie.

4-Se traiter comme son meilleur ami. Arrêtez de vous en faire avec ce que les gens pensent de vous. Cultivez votre estime personnelle. Aimez-vous ! Soyez indulgente et bienveillante envers vous-même. Plus vous serez tolérants envers vous-même, plus vous le serez avec les autres. Au fond, lorsque nous jugeons, nous ne parlons pas vraiment des autres, nous parlons de soi ! Prenez du temps pour vous et offrez-vous des récompenses lorsque vous atteignez vos objectifs, si c’est un gros objectif, récompensez-vous à chaque étape. Entretenez une relation saine avec vous-même.

5-Apprivoiser la nature: Prenez le temps de marcher dans la nature, d’écouter les oiseaux chanter, de prendre un arbre dans ses bras. Si on a la chance d’être sur le bord de l’eau et qu’on prend le temps d’être présent, c’est tellement ressourçant, la nature n’est-ce pas!

La connexion et les dépendances. L’auteur Johann Hari dans son livre: Chasing the Scream : the First and Last Days of the war on drugs nous parle de quelque chose d’incroyable : le contraire de la dépendance est la connexion.

C’est en faisant des recherches sur la toxicomanie qu’il a rencontré un professeur en psychologie de Vancouver, Bruce Alexander. Une expérience avec des rats dans une cage ayant le choix de boire de l’eau ou de prendre de la cocaïne avait démontré que les rats devenaient dépendants de la cocaïne jusqu’à en mourir. Cependant Bruce Alexander avait des doutes, il a fait la même expérience, mais cette fois, il a construit un parc à rats, une cage confortable où les rongeurs pouvaient jouer avec des balles colorées. Ils étaient très bien nourris, disposaient de tunnels où gambader et étaient entourés de congénères. De quoi plaire aux rats les plus exigeants…

Eh bien! Plus de 75 % des rats n’étaient pas dépendants de la cocaïne, et aucun n’en mourrait. Par contre, les rats isolés devenaient rapidement accros à la cocaïne.
De même, il est connu que durant un séjour à l’hôpital, certaines personnes ont besoin de doses de dérivé d’héroïne. Si ces mêmes doses étaient prises dans la rue sur la même période de temps, ces personnes deviendraient toxicomanes. Pourtant, la plupart des gens retournent chez eux, dans leur environnement avec les gens qu’ils aiment sans problème de dépendance.

Ce qui nous amène à toute forme de dépendance : la nourriture, l’alcool, la télévision, le chialage (certaines personnes vont se plaindre pour connecter avec les autres, qui n’a jamais fait ça?), etc.

Nous avons tous besoin de connecter avec les autres et pour mieux connecter aux autres, on doit d’abord être en connexion à soi.

 


  • 2
Woman in depression

5 étapes pour transformer le sentiment : «Je ne suis pas assez»

 

Est-ce que vous avez déjà eu une petite voix à l’intérieur de vous qui disait : « Elle est mieux que moi, je ne suis pas assez bonne, je n’ai pas assez de diplômes, je ne suis pas assez belle, assez mince, je suis qui moi, pour prendre la parole devant des groupes et leur enseigner, je ne suis pas assez importante, pas assez parfaite, je ne suis pas à la hauteur, je me sens comme un imposteur », etc.

En parlant de ma peur de ne pas être assez, j’ai découvert que nous l’avons presque tous cette peur (ouf!  je ne suis pas seule, j’ai eu un soulagement au moment de prendre cette prise de conscience). On veut tous être aimé, faire partie de la gang, on a peur d’être jugé, la peur que si l’on montre vraiment qui ont est, on prend le risque de ne pas être aimé. L’une des plus grandes peurs qui existe dans notre société est la peur de ne pas être aimé, d’être rejeté par l’autre.

La première étape : Reconnaitre cette croyance à l’intérieur de nous. Moi, personnellement, ça m’a énormément aidée de savoir que nous avons presque tous cette peur, qui peut nous paralyser, nous empêcher de réaliser nos rêves, de faire le travail qu’on veut tant accomplir, de dire nos besoins ou qui peut nous faire croire que nous ne pouvons pas vivre une grande vie. En prendre conscience et l’accueillir  est un premier pas.

La deuxième étapes : Prendre conscience de ce qu’on le vit à l’intérieur de nous et si vous le vivez, soyez conscients de ce que vous ressentez dans votre corps. Est-ce que vous avez des tensions? Est-ce que vous avez la bouche sèche lorsque cela se produit? Est-ce que votre timbre de voix change? Quelles sont vos pensées ? A quelle moment ça arrive? Avec qui (parce qu’on ne vit pas ce sentiment avec tous)? Écrivez les réponses à toutes ses questions et prenez le temps qu’il faut pour bien identifier tout ce que ce sentiment peut vous faire vivre. De quoi, vous êtes vous privés de faire ou de dire à cause de cette croyance?

La troisième étape: Remettre les choses en perspective. Demandez-vous si c’est vraiment la vérité et si vous valez moins que les autres. Bien sûr que non! Vous êtes uniques et chacun à quelque chose à apporter dans son unicité. Le monde à besoin d’entendre votre musique.

La quatrième étape: Embrasser l’imperfection. Ne pas chercher à être parfait, parce que personne n’est parfait. De plus, c’est lourd de vouloir être parfaite. Vous ne trouvez pas?  Ca prend beaucoup d’énergie et c’est épuisant la perfection. Développez la compassion envers soi. Arrêter de vouloir tout contrôler. Apprenez à vous aimer vous-même telle que vous êtes.

La Cinquième étape : Changer votre croyance de ne pas être assez en une nouvelle. Des exemples : Même si j’ai des doutes, des peurs, je choisis de me montrer tel que je suis. J’ai de la valeur et je suis important, peu importe ce que je fais, je serais toujours important. Je suis parfait avec mes imperfections. Je suis digne d’amour. Je suis à la hauteur. Faites attention à vos pensées pour être en cohérence avec votre nouvelle croyance.

C’est en le pratiquant que ça se transforme, on se sent plus solide. On devient observateur au lieu d’être paralysé. L’émotion arrive, on l’accueille, mais on ne met pas notre énergie à renforcer ses pensées, on remet les choses en perspective, et on se rappelle notre nouvelle croyance. On se rappelle aussi que nous vivons presque tous avec ce sentiment. Cependant nous choisissons de la dépasser, d’exprimer qui nous sommes vraiment et  de rayonner.


  • 0
Couple piggyback

Comment manifester ce que je désire dans ma vie

 

Pour manifester ce que tu veux. Tu dois d’abord savoir de façon claire ce que tu veux. Tu dois le faire manifester à l’intérieur de toi pour le voir se manifester à l’extérieur. Le cerveau ne connaît pas la réalité. Tu vas manifester ce que tu vibres. Si tu veux recevoir plus d’amour dans ta vie, donne plus d’amour. Donne ce que tu veux recevoir.

Nous avons des milliers de pensées chaque jour, nous répétons les mêmes habitudes jour après jour. Si nous voulons du changement, changeons nos pensées et nos habitudes. Créons de nouveaux comportements. Pour que nous changions une habitude, elle a besoin d’être répétée plusieurs fois pour créer une nouvelle connexion dans notre cerveau. Nous avons tous des habitudes qui se répètent automatiquement, comme lorsque nous faisons le chemin pour aller au travail. Sans y penser vraiment, nous arrivons à destination.

Commence à vibrer comme tu voudrais te sentir dans le futur maintenant. Nous allons prendre l’exemple suivant : Tu veux avoir plus de confiance en toi. Prends quelques minutes par jour, ferme les yeux et imagine-toi comment tu vas te sentir avec plus de confiance. Comment sera ta posture ? Comment te sens-tu lorsque tu parles aux gens ? Où te vois-tu ? Comment est ton environnement ? Qui es-tu lorsque tu as pleinement confiance en toi? Qu’est-ce qui a changé dans ta vie? Qu’est-ce que tu te permets de faire, maintenant que tu as confiance en toi?
Sens dans tes cellules cette nouvelle vibration, augmente l’intensité jusqu’à ce que tu sois à 10/10 en pleine confiance. Fais cet exercice tous les jours et joue même le jeu. Si c’est nécessaire, fais un travail sur toi pour transformer ce qui t’empêche d’obtenir ce que tu veux vraiment. Tu seras surprise de voir en jouant le jeu de la confiance, qu’elle va commencer à s’installer en toi.
Exemple : Tu dois parler à quelqu’un, mets-toi dans cette énergie, fais comme si tu avais pleinement confiance en toi, prends la posture et tu vas voir que très vite des changements vont se produire.
Mais si après tu as des pensées négatives sur toi, si tu ne crois pas que tu en vaux la peine, ça ne va pas changer ta confiance. Tu dois vivre en cohérence avec ce que tu veux attirer à toi. Fais attention à tes pensées, à tes paroles. Fais semblant d’y croire et tu risques de te faire prendre au jeu d’y croire réellement !
Tu veux une maison, regarde dans les magazines, découpe comment tu la voudrais, va en visiter, mets de l’argent de coté dès maintenant pour cette maison. Imagine comment va être la vie dans cette maison. Tu peux aussi rencontrer un courtier hypothécaire pour voir comment tu pourrais obtenir un prêt pour acheter ta maison.
Tu penses que tu vas être heureux seulement après avoir rencontré l’âme soeur. Sois heureux maintenant et la personne viendra. Tu ne peux pas vouloir une Ferrari et aussitôt que tu en vois une, juger la personne qui l’a conduit, en pensant ; « Il doit vendre de la drogue! ». Ce n’est pas cohérent avec le désir d’avoir une Ferrari.
N’oublie pas que le changement commence à l’intérieur de soi pour se manifester à l’extérieur. Sois constante et persévérante. Ce n’est pas en une semaine que tout peut être transformé. Souvent les gens ne persévèrent pas assez. Ils arrêtent avant d’avoir atteint leur objectif. Si c’est important pour toi, n’abandonne jamais avant d’avoir atteint ton objectif. 

 

 


  • 0
Green vegetable smoothie - healthy lifestyle

Comment les smoothies verts ont changé ma vie

 

Déjà au début de la vingtaine, j’avais des douleurs à mon nerf sciatique droit. J’ai commencé à travailler dans la restauration à l’âge de 15 ans, et travailler debout de longues heures me donnait de l’inflammation. Il m’est arrivé d’avoir de la difficulté à marcher à cause de la douleur.

Depuis que j’ai été enceinte de ma fille et encore après l’accouchement, j’ai eu des douleurs intenses pendant plusieurs années. La nuit,  je me tournais sans cesse dans mon lit à cause de mes douleurs, et un jour, il y a environ un an et demi, j’ai écouté le documentaire « POWERED BY GREEN SMOOTHIES » de Sergei Boutenko qui a changé ma vie!

J’ai été tellement inspirée par ce documentaire que j’ai commencé à boire des smoothies verts à tous les jours ou presque. Et après seulement 2 mois, je n’avais plus mal à mon nerf sciatique, ce qui me permet maintenant de bien dormir et tellement plus…

Sergei est un Russe arrivé au États-Unis à l’âge de 9 ans avec sa famille. Ils ont commencé une alimentation américaine qui contenait beaucoup de sucre et de gras. Après quelques années, toute la famille a commencé à avoir des problèmes de santé. Sa mère a décidé de changer leur alimentation et leurs problèmes de santé ont disparu. Sa mère a maintenant un centre pour aider les gens qui ont  des problèmes de santé par l’alimentation. Sergei à été témoin de tellement de transformations, qu’il était curieux de voir qu’est-ce que les smoothies verts pouvaient faire sur des personnes déjà en santé.

Il a pris 10 personnes très active et en santé. Ces personnes n’étaient ni végétaliennes, ni végétariennes. Il leur a demandé de garder leur alimentation habituelle sans rien changer, et de prendre en plus 1 litre de smoothie vert par jour pendant 6 semaines. Les smoothies sont faits de fruits et de légumes verts. Une tasse équivaut entre 5 et 7 portions de fruits et légumes. Elles ont eu des prises de sang au début et à la fin de l’expérience.

Durant les premières semaines, elles ne voyaient pas tellement de différence. Cependant, après 6 semaines, il y avait une amélioration de leur endurance et de la récupération. Par exemple, une personne disait qu’après un marathon, alors qu’elle ne prenait pas de smoothie , elle en avait pour une semaine à récupérer et qu’avec les smoothies, elle a pu recourir après seulement 2 jours. D’autres personnes ont dit que lorsqu’elles couraient leur corps faisait moins mal et qu’elles pouvaient courir plus longtemps sans douleur. Les tests de sang ont démontré que le taux d’inflammation avait baissé considérablement.

Mais pourquoi les smoothies verts font-ils baisser le taux d’inflammation dans le corps? Parce qu’ils diminuent le taux d’acidité dans le corps. Ils sont très riches en nutriments. Vous avez sûrement entendu dire qu’une alimentation alcalinisante a tellement de bienfaits sur notre corps.

Quoi d’autres peut-nous aider à avoir un corps plus alcalin? Le jus d’herbe de blé (1 once équivaut à un kg de légumes), des fruits et légumes, surtout les verts puisqu’ils contiennent de la chlorophylle, des graines et noix, du quinoa, des algues, des pousses et germinations, des super aliments, avoir des pensées positives, se promener dans la nature, respirer du bon air et méditer.

Comment préparer un smoothie vert. Dans un mélangeur, prendre quelques portions de fruits de différentes couleurs pour aller chercher une plus grande variété de vitamines (banane, kiwi, mangue, ananas, pêche, poire, bleuet, fraise, mûre, framboise, ananas). Ajouter de l’eau filtrée ou l’eau de noix de coco pour que les fruits soient tous recouverts, ensuite ajouter des épinards ou du kale.

Lorsque je fais mon smoothie, je ne calcule pas les portions, je mets des fruits dans environ la moitié de mon mélangeur et  je remplis l’autre moitié d’épinard. Ça me donne environ 1 litre. Je peux le prendre en entier  le matin  ou le prendre en 2 portions, une le matin et l’autre l’après-midi.

J’ai intégré l’habitude de me faire des smoothies ou des jus frais presque tous les jours. J’ai aussi moins de fringales, j’ai même perdu 30 livres depuis que j’ai commencé à boire des smoothies. Le fait de me sentir mieux, m’a incitée à manger de plus en plus d’ aliments vivants. Je me sens moins lourde après un repas et j’ai plus d’énergie.

Est-ce que vous avez déjà vécu des changements positifs dans votre vie grâce à l’alimentation ?

Vous pouvez nous le partager dans l’espace pour les commentaires.

Bon smoothie!

 

 


  • 2
Sekretrin, Stress, Burnout, Angestellte, Bro

Voulez-vous plus de temps ?

 

Il y a tellement choses que je voudrais faire, je suis impatiente de vouloir accomplir tellement! Je voudrais plus de temps. J’ai plein d’idées, plein de projets, je suis très enthousiaste. Cette semaine, j’ai eu des imprévus et des retards sur des échéances que je m’étais fixés. J’ai commencé à sentir une lourdeur. Ça m’a un peu déstabilisée. Lorsque je regarde la montagne(tout ce que j’ai à faire), elle me parait immense, par où je commence? Je sens un écrasement au niveau du plexus, l’énergie ne circule pas. Comment vais-je me rattraper?

Et là un STOP est arrivé. Il y a bien une raison pourquoi vivre pleinement est devenu une quête dans ma vie. C’est que je me suis rendue compte un jour que ce n’est pas quand je vais avoir accompli telle ou telle chose que je vais être heureuse, même lorsque j’adore ce que je fais, et que des tâches et des choses à faire, il va toujours y en avoir. Je trouvais que j’étais trop dans les tâches, et que je ne prenais pas assez de temps pour moi, pour entretenir mes amitiés ou pour m’amuser.

Un jour, j’ai eu une révélation, vivre c’est maintenant. Je me suis demandé c’est quoi pour moi ma vie idéale, ma semaine idéale ? Et comment aujourd’hui, je peux la vivre? Parce que le changement vient de l’intérieur vers l’extérieur et non l’inverse. Me connaissant très bien, je sais qu’après avoir réalisé mes projets du moment, je vais en avoir d’autres. J’évolue, je suis curieuse, et mes projets vont évoluer aussi. Cependant, dans ma vie, je veux aussi de la légèreté, je veux prendre du temps pour des moments de plaisir, sans me sentir coupable parce que j’ai des tâches que je pourrais faire. Vivre maintenant, c’est intégrer à partir de maintenant ce qu’on veut vivre, qui ont veut être. Ce n’est pas un jour…..C’est aujourd’hui!

Pour revenir à cette semaine, lorsque le STOP est arrivé, j’ai accueilli mon état, en étant consciente que la vie est parfaite comme elle est, que les imprévus ça arrive et que je suis quand même une bonne personne. J’ai pris un bon bain chaud relaxant avec chandelle et musique douce, suivi d’une méditation. J’ai écris ce que j’avais à faire et selon les priorités. Mon coeur était maintenant ouvert. Je me sentais légère. Cela m’a permis de passer une merveilleuse journée.

Et vous, qu’est-ce que vous faites pour vous sentir mieux lorsque vous vous sentez débordé et que vous courrez après le temps?


  • 0
happy family playing music and dancing on caribbean street

Comment découvrir ce qui vous passionne

 

Faites-vous partie de ceux qui ne savent pas ce qui les passionne dans la vie?

J’entend quelquefois dire « Je le sais pas moi, ce que j’aime, je n’ai pas de passion ». Pourtant je crois que nous avons tous quelque chose qui nous fais vibrer, nous fais sentir vivant et qui nous donne des ailes.

Il est arrivé que certains participants à mes ateliers, disent n’avoir aucune passion. Je leur demande alors de faire un collage sur ce qu’ils aiment, c’estàdire prendre des revues et découper ce qui les fais vibrer, pour ensuite le coller sur un carton. Lorsque je leur demande de me décrire leur collage à la fin de l’exercice, c’est incroyable de voir la passion dans ces beaux collages ! Ça me fais penser à l’expression  « Lorsque nous avons le nez collé sur l’arbre, on ne voit pas ce qu’il y a autour ». Nous avons tous une flamme à l’intérieur de nous qui ne demande qu’à scintiller.

Je vous propose de faire une liste d’un minimum 10 choses qui vous passionnent. Pensez à ce que vous aimez faire, ce qui vous intéresse réellement, à un point tel que lorsque vous pratiquez ces activités, vous ne voyez même pas le temps passer.

À quel moment vous vous sentez vivant?

Quels types de livres ou revues lisez-vous?

Quels sont les sujets de discussion qui vous emballent?

Quelles sont les activités que vous aimiez faire mais que vous n’avez pas faites depuis longtemps pour plusieurs raisons, comme pas le temps ou pas assez d’argent?

Faites-en un collage.

Si vous n’arrivez pas à trouver ce qui vous passionne, prenez des revues et découpez ce que vous aimez, découpez aussi les images ou textes sur lesquels vous passez plus de 15 secondes, même sans trop savoir pourquoi. Mettez-les de côté, revenez-y et demandez-vous quelle partie de vous est attirée par ces images ou textes?

Comment vous sentez-vous en regardant votre collage?

Qu’est-ce qui est maintenant évident pour vous?

Si l’on vous donnait une baguette magique et que tout était possible, qu’elle travail feriez-vous?

Si vous aviez le pouvoir de choisir, que changeriez-vous dans votre vie maintenant?

Qu’elles sont vos excuses pour ne pas le faire maintenant?

Est-ce que vous faites des pas en ce moment vers ce qui vous fais vibrer dans la vie?

Si vous voyez ça trop gros, ça peut faire très peur, mais c’est avec des petites actions ciblées, c’estàdire des actions qui auront le plus d’impact pour réaliser ce que vous voulez, que vous y arriverez. Un pas à la fois peut vous amenez loin! L’accompagnement d’un coach peut vous aider à y voir plus clair.

La vie passe vite! Saviez-vous que le plus grand regret des mourants est qu’ils auraient aimé avoir le courage de vivre comme ils le voulaient, et non pas de vivre la vie qu’on attendait d’eux.

Faites de plus en plus ce qui vous passionne, cela ouvre votre coeur, vous fais rayonner, vous fais sentir vivant.

J’adore voir briller les yeux de quelqu’un qui est en train de faire quelque chose qui le fais vibrer. Lorsque quelqu’un me parle avec passion, je peux sentir son enthousiasme, voir ses yeux qui pétillent, son visage souriant, je me sens énergisée par cette personne. C’est contagieux! Je me sens vibrer moi aussi.

S’il y a une chose que vous avez toujours voulu faire, mais toujours retarder en attendant le bon moment, faites-la maintenant !


  • 0
Happy child drawing heart on the window

Le plus fort c’est l’AMOUR.

 

L’amour est plus fort que tout, parce qu’il met la paix dans nos coeurs, il apaise, il crée l’harmonie, il fait sourire, il donne de l’espoir, il nous rend vivants.

Le lendemain du vendredi 13 novembre 2015, lorsque j’ai entendu une jeune fille dire « Nous sommes plus forts, parce que nous avons l’amour et eux ont la haine, alors c’est nous les plus forts.» ainsi que plusieurs témoignages de gens qui choisissent l’amour, j’étais très touchée. Cela m’a permis de croire que malgré tout ce qui se passe, il y a l’espoir d’un monde d’amour. Il ne faut pas se le cacher, il y a encore des gens qui ne sentent pas cette amour. Cependant il est là, à l’intérieur d’eux, caché par la haine, les peurs, les croyances. Plus nous serons à vibrer l’amour, plus l’amour va prendre de place dans leur coeur.

Dans le Berkshire, des centaines d’élèves de l’école primaire  ont  un cours de méditation introduit dans leur horaire ; Ils appellent ça le mindfulness pédagogique. Ce cours  a pour but d’ aider les élèves à gérer leur propre comportement et leur anxiété, et d’améliorer leur concentration. C’est un début, on ne voit pas beaucoup des d’écoles qui offrent ce cours. Cependant, je souhaite que toutes les écoles introduisent la méditation pleine conscience dans leur horaire. Ceci me donne l’espoir d’un monde d’amour. 

Par exemple, lorsque nous sommes en confrontation avec quelqu’un et que l’égo veut gagner,  nous sommes en réaction et l’autre aussi,et alors les mots peuvent dépasser notre pensée. Nous nous sentons parfois en colère,  blessés ou tristes. À l’occasion, nous pouvons même nous sentir victimes.

Et si, à la place, nous laissions notre égo de coté, parce que l’égo ce n’est pas qui nous sommes. Nous sommes tous des êtres d’amour. Mais malheureusement, soit par des expériences de vie ou  des croyances ,on a créé des armures, des protections ou même de la haine.

Maintenant lorsque je me retrouve dans une confrontation, je respire et choisis de mettre mon égo de coté au lieu d’être en réaction. J’imagine l’autre personne lorsqu’elle était enfant qu’il ou elle a été. À ce moment , la compassion arrive, je vois l’autre différemment. Je comprends que ce qui vit l’autre n’a rien a voir avec moi. Cette personne est responsable de ses émotions. Je m’en détache et ainsi je peux maintenant écouter cette personne avec amour. Je peux l’accueillir dans ce qu’elle vit. Lorsque j’imagine l’enfant que cette personne a été, c’est plus facile pour moi de rester dans l’amour. C’est mon truc pour ne pas laisser aller mon égo. Ensuite je me sens beaucoup mieux que si j’avais laissé l’égo prendre la place… et en général l’autre personne aussi.

On entend souvent dire pour changer le monde, il faut commencer par soi. Et bien aimer et accepter les personnes autour de nous et surtout nous mêmes, c’est un bon départ.

Je souhaite un monde d’AMOUR et je m’engage à le faire en faisant grandir cet amour en moi et autour de moi et vous ?

 

Photo : Ulkas


  • 2

Quel est l’action la plus importante pour vivre pleinement

Dans la vie d’aujourd’hui, il est tellement facile d’être engourdi par tout. On peut avoir l’impression de courir après sa queue. Avez-vous déjà eu cette impression ? Moi oui !

On me dit souvent : «Je ne sais pas par où commencer, avec le travail, les enfants, les devoirs, l’épicerie, les repas, les activités  pour les enfants, etc.»,« Je suis fatiguée»,« Je ne vois pas le bout du tunnel».

Le plus important, c’est de prendre soin de soi, de son corps, de son âme, de son être entier. Notre corps c’est lui qui nous permet de bouger, de toucher, de sentir. Si nous n’avons pas l’énergie pour vivre notre journée, pour faire les actions nécessaires à notre épanouissement, alors on subit la vie, on ne la vie pas. C’est une PRIORITÉ de prendre soin de soi. C’est comme la fondation d’une maison : s’il n’y a pas de fondation ou si elle n’est pas solide, qu’est-ce qui va se produire ?

Je vous propose de vous trouver une routine gagnante qui va vous permettre d’avoir l’énergie et l’enthousiasme nécessaires pour vivre une belle journée : prenez quelques minutes chaque matin pour méditer, bouger, écrire, danser, donner à votre corps une bonne alimentation pour une meilleur vitalité.

J’entend déjà « Mais je n’ai pas le temps ! »Foutaise ! C’est encore une excuse ! Combien de temps passez-vous sur Facebook, ou à la télé à écouter des choses qui ne vous rapprochent pas de la vie que vous voulez vivre, ou sur des discussions avec des amis ou collègues qui vous enlèvent de l’énergie ?

Le meilleur moment pour moi, c’est tôt avant que ma fille se lève, c’est un temps pour moi. Même si je suis bien au chaud dans mon lit, et que j’y resterais bien ! Cependant, les bienfaits en valent la peine. Je trouve que ma journée est différente, je me sens plus centrée, c’est plus facile d’écouter mon coeur.

Je connais une maman de 4 enfants qui fais de la course plusieurs fois par semaine et cour des marathons. Elle pourrait avoir tellement d’excuses de ne pas le faire. Imaginez juste le nombre de brassées de lavage qu’elle a par semaine. Attention, vous n’avez pas à courir des marathons, c’est un exemple pour démontrer que lorsqu’on veut vraiment, on peut. Trouver le pourquoi c’est important pour vous ? C’est votre effet levier. Et qu’est-ce qui va se passer si vous ne prenez jamais ou pas assez  souvent soin de vous ? Prenez le temps d’écrire ces pourquoi et affichez- les pour ne pas les oublier. Ensuite trouvez  comment vous allez vous y prendre. Passez à l’action !

Je vous propose un défi : commencez par mettre votre cadran 30 minutes plus tôt le matin pendant 3 semaines. Prenez ce temps pour prendre soin de vous, prenez l’habitude d’une nouvelle routine et remarquez ce qui change ? Est-ce que vous êtes plus patiente avec vos enfants, votre conjoint ou les collègues au bureau ? Est-ce que vous avez plus d’énergie ?

Si vous acceptez ce défi, je suis curieuse de savoir ce que vous en avez retirer de cette expérience ? Je vous invite à l’écrire  dans les commentaires au bas de l’article.

 


Défi vivre pleinement

Stats Google Analytics

Généré par GADWP 

Tu veux vivre une vie qui te ressemble vraiment ?